Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Claudette Eleini, une éminente consoeur parisienne, a eu la gentillesse de m'adresser quelques clichés sur la femme avocate.

 

Au regard de la pertinence de l'analyse de certains d'entre eux, leur non-publication sur ce blog était simplement inenvisagable.

 

 

1

« 1. – La femme avocat.

Mariée, mère de famille, j’ai l’honneur, avant de plaider, la cause qui m’est confiée, de présenter au tribunal l’expression de mon profond respect, assurée de sa bienveillance et persuadée qu’il n’est pas indispensable d’être homme, d’être laid et retors pour faire triompher le bon droit et la justice »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

« 2. – La femme avocat.

N’est-ce pas l’équité et le droit qui sont en souffrance dans tous les tribunaux de France où les affaires s’entassent les unes sur les autres, attendant leur tour indéfiniment. La femme avocat apportera à la justice son activité, et, galvanisés par son exemple, Messieurs du tribunal vous travaillerez réellement. »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Le Peuc’h).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3

 

« 3. – La femme avocat.

La femme, c’est le dévouement incarné, c’est le cœur tendre et pitoyable à toutes les misères – c’est bien à elle que, par sa nature même, revient le beau rôle de défenseur des faibles, de la veuve et de l’orphelin »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Le Peuc’h).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4

 

« 4. – La femme avocat.

Mon cabinet de consultation est assiégé par le public qui trouve dans mes conseils la délicatesse de la femme et de la mère »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Le Peuc’h).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5

 

« 5. – La femme avocat. – Sa plaidoirie pro domo.

On nous reproche de ne pas rester dans notre rôle de mère de famille ! Mais, pour devenir mère de famille, il faut trouver un mari ; qui épouse maintenant un fille sans dot ? Les hommes qui se marient cherchent une dot, d’abord, et pour l’avoir grosse ils prendraient une idiote ou une affreuse guenon »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6

 

 

« 6. – La femme avocat.

Aussi, pour être mère de famille faut-il trouver d’abord la fortune, et la profession d’avocat était toute indiquée, car elle conduit à tout. Dans ce pays qui se contente de mots et de phrases sonores, je puis devenir conseiller municipal, député, ministre de la justice, de la marine, du commerce ou de la guerre indifféremment »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7

 

 « 7. – La femme avocat.

Il est joli le rôle de la femme dans le passé ! Esclave et martyre autant dans les classes aisées que dans celles pauvres où leur exploitation par l’industrie est encore abominable actuellement »

Source: Université de Rennes(cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8

 

 

« 8. – La femme avocat.

Mais, j’entends mon chérubin pleurer ! »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 9

 

 

 « 9. La femme avocat.

Plaise au tribunal m’accorder une suspension d’audience de 10 minutes, mon héritier crie la faim »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  10

 

 

« 10. – La femme avocat. – suspension d’audience.

Bois amour ! deviens fort. Bois, mon âme, pour un jour aimer tout ce qui est beau, généreux, et que tu sois un patriote comme Krüger [1], un vrai français comme de Villebois-Mareuil [2] »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Le Peuc’h).

Notes
[1] G. de Villebois-Mareuil (1847-1900), militaire et écrivain, héros de la Guerre de 1870, nationaliste ; vivement anti-britannique, il s’engage auprès des Boers contre les Anglais en Afrique du Sud ; le président de la République Boer du Transvaal, P. Krüger, le nomme général en 1900, il décède peu après au combat (au Boshof).

[2] P. (St.-J.-P.) Krüger (1825-1904), président de la République Boer du Transvaal (élu quatre fois ; 1883-1902), pendant la Guerre des Boers.

  

 11

 

 

 « 11. – La femme avocat. – Suspension d’audience.

Et puis la maman instruite, comme elle saura diriger l’éducation de son fils et lui éviter cette vie de collège, qui est absurde, à l’âge où l’enfant grandit et a besoin de grand air et d’exercice » 

 

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Le Peuc’h).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12

« 12. – La femme avocat.

J’ai donc établi que la femme pouvait être excellente mère de famille et avocat, que même, devenir avocat était le meilleur moyen pour elle de trouver un mari, en même temps qu’une situation lucrative. Il me reste à prouver qu’il est nécessaire que la femme sorte de ses occupations effacées, que Messieurs les hommes ne sont pas des aigles et ne méritent aucunement leur privilège »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).Source: Université de Rennes

 

 

 

 

 

 

 

 

13

 « 13. – La femme avocat.

Les hommes : Ils ne sont bons maintenant que tant qu’ils restent sous l’aile de leur mère, mais après ! La luxure, le jeu, l’ivrognerie les guettent, ont droit de cité, alors que la religion, seule barrière efficace contre les passions, est honnie, tournée en dérision, les religieux et religieuses persécutés. – Les femmes galantes ne sont-elle pas partout, dans toutes les fêtes, tenant le haut du pavé ? Les tripots, paris aux courses ne sont-ils pas tolérés et les cafés et cabarets ne pullulent-ils pas, le pays n’en est-il pas empoisonné ? – Résultats : la syphilis (j’aurais le courage de citer l’horrible maladie en toutes lettres), les ruines matérielles et morales dans presque toutes les familles. – Ô hommes ! voilà comment vous protégez vos enfants »
Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

14

 « 14. – La femme avocat.
M. les hommes font-ils meilleure besogne en politique ? Quel mépris nous vient au cœur pour eux devant les faits.

La France divisée en partis ennemis s’entredéchirant, la haine des classes attisée, devenue un moyen de gouverner, les déclassés remplissant les villes et les campagnes manquant de bras ; les sinécures, les concussions, les pots-de-vin partout ; la dette grossissant de milliard en milliard en pleine paix ; à force de grèves, l’industrie perdant sa clientèle, même en France, le pays allant à toutes les aventures. Hommes, il n’y a pas lieu d’être fiers de votre œuvre.

Je salue l’aurore des temps nouveaux, l’avènement aux affaires de la femme »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

15

 « 15. – La femme avocat.

Puisque les hommes conduisent le pays en dépit du sens commun, l’ai le droit de conclure qu’ils ne méritent pas de conserver le privilège de gérer les affaires publiques. Nous, femmes, saurons mettre de l’ordre dans ce désordre moral, financier, politique, et avec l’aide de Dieu faire une France unie, forte, florissante, payant ses dettes. La vertu sera au pinacle et le vice combattu.

Et puis nous ne serons pas exclusives, nous, et admettrons de grand cœur tous les hommes de bonne volonté, notre devise étant : La justice, l’égalité pour la femme »

Source: Université de Rennes (cliché A. Morinet. – Imp. Phot. J. Royer, Nancy [1900?] ; coll. Durelle-Marc).

 

 

 

Et pour finir, un cliché humoristique, avec lequel on ne pourra pas nous taxer de féministes!

 la-femme-avocat-le-sourire

 

Partager cette page

Repost 0
Published by