Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 18:04

Vous êtes en congé maternité, avec l'impossibilité de vous déplacer, et vous n'avez pas pu faire renvoyer une affaire?

 

Ou au contraire, vous venez de vous installer et vous avez envie de faire quelques vacations pour améliorer votre chiffre d'affaire?

 

Le site Vacations Avocats est une plateforme dédiée à l'organisation des vacations entre avocats et à la postulation, créée par un Avocat pour les Avocats.

 

Après inscription (gratuite), vous pourrez bénéficier de l'ensemble des prestations proposées par le site, dont la configuration simple et visuelle permet une navigation facile, même pour les moins geeks d'entre nous.

 

 

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans Propositions
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 14:54

Madame Christiane Féral-Schuhl a été élue le 2 décembre 2010 Bâtonnier désigné au Barreau de Paris, 14 ans après Madame Dominique de la Garanderie. Il s'agit donc de la deuxième femme élue Bâtonnier du Barreau de Paris.

 

En tant que femme mère de famille, et avocate à la tête d'un Cabinet réputé, son retour d'expérience est particulièrement intéressant pour chacune d'entre nous.

 

 

Nous lui avons donc posé trois questions essentielles:

 

Quelles difficultés avez-vous rencontré au cours de votre carrière en tant que femme?

Je n'ai jamais vraiment été confrontée au sexisme dans la mesure où j'ai créé très rapidement ma propre structure. Au contraire, les hommes qui ont été proches de moi ont toujours été encourageants. Mon parcours m'a conduite pendant 8 ans à être à la tête de l'équipe IT d'un cabinet international où les femmes avaient toute leur place dans le dispositif de management. Je suis consciente que j'ai eu de la chance et que ma situation est très différente de beaucoup de nos consoeurs que j'ai pu rencontrer.

En revanche, lorsque j'ai eu mes deux enfants, j'ai souvent éprouvé un sentiment de culpabilité, la sensation de ne pas être au bon endroit au bon moment, tiraillée entre les nombreuses obligations, avec l'envie de bien faire mais peu de temps.

C'est pourquoi je souhaite que l'Ordre des Avocats accompagne les femmes tout au long de leur carrière et les aide à concilier l'exercice de la profession au quotidien par le référencement par l'Ordre de prestataires proposant des services adaptés : facilitation d'accès aux crèches parisiennes et dans la région d'Ile de France, négociation d'horaires compatibles avec les exigences de la profession, mise en place des services d'aide à la personne...

 

 

 

Pensez-vous que les femmes subissent des obstacles à leur vie professionnelle?

Oui, le regard de la société peut être un obstacle, par exemple, être mère est plus contraignant qu'être père puisque les obstacles tiennent au fait qu'en tant que femme on gère plus le quotidien, comme le dîner.

D'autres obstacles correspondant aux résistances culturelles qui, dans un contexte de compétition permanente, conduisent à faire encore souvent davantage confiance à un homme qu'à une femme. Par ailleurs, beaucoup de femmes s'autocensurent et n'osent pas briguer des postes à responsabilité car elles pensent qu'elles ne vont pas pouvoir concilier leur carrière avec leur vie de famille ou bien elles se sentent tenues de sacrifier leur vie professionnelle pour s'occuper de leur famille. Mais les mentalités changent et pour accompagner cette mutation, je souhaite que l'Ordre redonne aux femmes le goût d'entreprendre.

 

 

Quels conseils pouvez-vous donner aux avocates pour développer leur activité professionnelle?

Vivre cette profession à son rythme, ne pas se sentir obligée par un rythme ou des objectifs. Etre en harmonie avec soi-même, on peut avoir des étapes différentes à vivre. Profiter plus de sa vie de famille.

Enfin, arrêter de culpabiliser et de s'autocensurer et oser entreprendre.

 

 

 

 

Cette dernière réponse me semble intéressante et réconfortante car nous avons tendance à nous imposer des objectifs précis avec des termes rapprochés (installation, association, enfants...) alors que, sans rien renier des envies de progression légitimes, on peut aisément s'accorder un délai supplémentaire. Et surtout, que chacune d'entre nous est capable d'atteindre les objectifs qu'elle s'est fixée, à l'instar de notre Bâtonnier désigné.

 

 

Il ressort nettement de ses réponses que Madame Christiane Féral-Schuhl a vécu les mêmes angoisses et tiraillements que chacune d'entre nous et que de ce fait, elle appréhende parfaitement les difficultés de notre quotidien.

 

 

C'est la raison pour laquelle, dans le cadre de son Dauphinat, elle a mis en place une Commission Femmes qui se réunit régulièrement (chaque mois, mois et demi) avec l'objectif d'améliorer la place des femmes au sein de notre profession.

 

 

L'Association, présente à chacune de ces réunions, participe et s'associe pleinement à cette volonté de Madame Christiane Féral-Schuhl.

 

Interview publiée dans le magazine Marie-Claire du mois de mars 2012 ( CFS CFS )

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans Divers
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 11:57

Avant les vacances, l'Association vous propose un nouveau rendez-vous pour faire le point sur les actions menées.

 

Vous êtes donc attendu(e)s nombreux(ses) à la Brasserie B située 79 avenue Kléber à Paris 75116.

 

Pour des questions d'organisation, je vous remercie de me confirmer votre présence.

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans les réunions et RdV
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 10:42

L'Ordre des Avocats du Barreau de Paris a eu l'excellente idée de publier sur son site internet une série de questions réponses pour permettre à ses avocats d'y trouver rapidement les réponses à leurs questions les plus fréquentes, relatives à l'exercice professionnel naturellement.

 

Pour les parisiennes qui n'ont pas le temps d'y accéder et pour l'ensemble des avocates françaises, il me semble intéressant, voire indispensable, de les reproduire ici.

  

La collaboratrice libérale doit-elle déclarer son état de grossesse au Cabinet ?

 

OUI. Aux termes de l’article 14.4 dernier alinéa du Règlement Intérieur National l’interdiction de rompre le contrat de collaboration ne court que du jour où la collaboratrice déclare son état de grossesse au Cabinet.

 

Il est recommandé d’adresser à son cabinet un courrier recommandé avec AR ou une lettre portant la mention « remise en mains propres ».

 

Par ailleurs le respect des principes essentiels, notamment la confraternité et la délicatesse, invitent à ce que le Cabinet soit informé le plus tôt possible des dates prévisibles de suspension du contrat, d’accouchement et de retour au Cabinet.

 

 

La collaboratrice libérale doit-elle déclarer sa grossesse à l’Ordre ?

 

Cette démarche n’est pas nécessaire. En revanche la grossesse doit être déclarée par la collaboratrice à l’organisme conventionné de Sécurité Sociale auquel elle est affiliée ainsi qu’à la Caisse d’Allocations Familiales de son domicile (document fourni et rempli par le médecin vers le deuxième mois de grossesse).

 

 

La collaboratrice libérale perçoit-elle sa rétrocession d’honoraires pendant la période de suspension de son contrat de collaboration à l’occasion de la grossesse ?

 

La collaboratrice libérale reçoit pendant la période de suspension de seize semaines sa rétrocession d’honoraires habituelle, sous la seule déduction des indemnités versées dans le cadre des régimes de prévoyance collective du barreau ou individuelle obligatoire.

 

 

La « rémunération habituelle » à laquelle une collaboratrice, enceinte et en arrêt maladie, peut prétendre s’entend-elle uniquement de la rétrocession mensuelle fixe ou en sus de la prime qui lui est versée au titre de l’intéressement ?

 

Le terme « rémunération habituelle » signifie la rémunération fixe et proportionnelle qui aurait été versée à la collaboratrice libérale si elle avait travaillé pendant la période concernée estimée forfaitairement prorata temporis sur la moyenne des douze mois précédant l’interruption.

 

 

La collaboratrice doit-elle déduire de la facture d’honoraires adressée au Cabinet toutes les sommes perçues des organismes sociaux alors même qu’elle dispose d’une clientèle personnelle ?

 

OUI. Le fait que la collaboratrice ait une clientèle personnelle est sans incidence sur les sommes qu’elle doit déduire de sa rétrocession habituelle lors de l’établissement de sa facture mensuelle.

 

La collaboratrice à temps partiel doit-elle déduire de sa facture d’honoraires au Cabinet toutes les sommes perçues des organismes sociaux ?

 

NON. Pour une collaboration à temps partiel, les sommes perçues des organismes sociaux sont déduites de la rétrocession habituelle au prorata du temps de collaboration lors de l’établissement de sa facture mensuelle d’honoraires adressée au Cabinet.

 

Exemple : Si la collaboration est à 4/5ème de temps, les indemnités perçues seront déduites à hauteur de 4/5ème.

 

 

Le Cabinet peut-il imposer les dates de suspension du contrat d’une collaboratrice libérale enceinte ?

 

NON. La collaboratrice libérale enceinte est en droit, à l’occasion de son accouchement, de suspendre sa collaboration pendant au moins seize semaines, réparties selon son choix avant et après accouchement avec un minimum de dix semaines après l’accouchement.

 

 

Est-il possible de rompre le contrat de collaboration d’une collaboratrice libérale enceinte ?

 

NON. A dater de la déclaration de l’état de grossesse et jusqu’à l’expiration de la période de suspension du contrat à l’occasion de l’accouchement, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à l’état de grossesse.

 

 

Notre Collaboratrice nous a adressé, avant l’issue de son congé maternité, un certificat médical d’arrêt de travail en raison d’un état pathologique constaté. Pouvons-nous adresser la lettre de rupture dès l’issue de son congé maternité initial, nonobstant cette prolongation ou devons-nous attendre l’issue de l’arrêt complémentaire?

 

La rédaction de l’article 14.4 du Règlement Intérieur National invite à penser que l’arrêt lié à des raisons pathologiques et donc à l’accouchement empêche la rupture du contrat, l’arrêt pour raisons pathologiques présentant un lien direct avec la grossesse suivant le même régime.

 

L’accouchement par césarienne entraîne-t-il un allongement de 15 jours de la période pendant laquelle la collaboratrice perçoit l’intégralité de sa rémunération habituelle sous la seule déduction des indemnités versées dans le cadre des régimes de prévoyance collective du barreau ou individuelle obligatoire?

 

Il n’existe pas pour les collaboratrices inscrites au Barreau de Paris de prolongement possible du maintien de rétrocession honoraire à l’occasion de l’accouchement au-delà de 16 semaines.

 

L’accouchement par césarienne permet d’utiliser l’interruption d’activité pathologique de 30 jours prévue par la sécurité sociale, cette interruption est comprise dans les 16 semaines.

 

Si la collaboratrice bénéficie d’une prolongation de son arrêt, il sera traité comme pour la maladie.

 

 

A partir de quand s’applique aux collaboratrices inscrites au barreau de Paris les nouvelles dispositions relatives à la maternité?

 

Le Conseil de l’Ordre des Avocats de Paris a voté en sa séance du 1er mars 2011 (Le Bulletin n° 8 du 8 mars 2011 page 95) une modification du Règlement Intérieur du Barreau de Paris - RIBP portant à seize semaines la durée de la période pendant laquelle une collaboratrice libérale est en droit de suspendre sa collaboration à l’occasion de son accouchement.

 

Lors de cette même séance, l’article 16 du contrat-type de collaboration figurant à l’annexe IV du RIBP a également été modifié.

 

Par ailleurs, il ressort de l’avenant au contrat « chance maternité » conclu entre l’Ordre des Avocats de Paris et LPA que le régime d’indemnisation du congé maternité d’une durée de 16 semaines est applicable à toutes les collaboratrices inscrites au barreau de Paris dont la date prévisible d’accouchement est postérieure au 1er janvier 2011.

 

Quel est le régime des arrêts pour grossesses pathologiques ?

 

La période antérieure à 7,5 mois de grossesse est considérée comme période de maladie et régie par les dispositions de l’article 14.3 « Maladie » du Règlement Intérieur National. La collaboratrice percevra donc pendant deux mois sa rétrocession d’honoraires habituelle, sous déduction des indemnités journalières éventuellement perçues au titre des régimes de prévoyance collective du barreau ou individuelle obligatoire.

 

 

Quel est le régime des arrêts de travail pour suites de couches pathologiques ?

 

Ces arrêts sont assimilés à un congé maternité et sont régis par les dispositions de l’article 14.3 « Maternité » du Règlement Intérieur National pour la période de 10 semaines suivant l’accouchement.

 

Postérieurement à cette période, un arrêt de travail peut être considéré comme une période de maladie et régi par les dispositions de l’article 14.3 « Maladie » du Règlement Intérieur National.

 

Pour rappel, la collaboratrice peut reporter au maximum de 4 semaines le congé prénatal non pris sur le congé postnatal ce qui lui permet un congé postnatal d'une durée maximale de 14 semaines.

 

 

La collaboratrice bénéficie-t-elle de jours de repos rémunérés pendant les périodes de congé maternité ?

 

 

NON, en effet, pour le régime libéral, les périodes de congé maternité sont considérées comme des périodes de suspension du contrat de collaboration et n’ouvrent donc pas droit à des jours de repos rémunérés.

 

Dans la mesure où certains Cabinets contournent la protection liée à la grossesse de leur collaboratrice, je reproduis également deux questions réponses relatives à la rupture d'un contrat de collaboration.

La rupture d’un contrat de collaboration libérale doit-elle être motivée ?

Non, chacune des parties peut à tout moment, sauf pendant la période de protection à l'occasion de la maternité, rompre le contrat de collaboration libérale sans avoir à motiver sa décision, sous réserve du respect du délai de prévenance applicable.

A dater de la déclaration de grossesse et jusqu’à l’expiration de la période de suspension du contrat à l’occasion de l’accouchement, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à l’état de grossesse.

 

La rédaction de l'article 14.4 du Règlement Intérieur National invite à penser que l'arrêt lié à des raisons pathologiques et donc à l'accouchement empêche la rupture du contrat, l'arrêt pour raisons pathologiques présentant un lien direct avec la grossesse doit suivre le même régime.

 

Dans tous les cas, la rupture ne peut intervenir que dans le strict respect des principes de délicatesse et de loyauté.

 

On peut donc considérer qu'en cas de rupture pour manquements graves pendant la période de protection, le Cabinet doit motiver sa décision de rupture.

 

A cet égard, rappelons ce qu’est un manquement grave car le recours à cette notion s’avère trop facile par des Cabinets souhaitant se « débarrasser » d’une collaboratrice enceinte.

 

Qu’est-ce qu’un manquement grave flagrant aux règles professionnelles ?

 

Un manquement grave flagrant aux règles professionnelles s’entend comme le fait pour un collaborateur de ne pas faire ou de mal faire des diligences, demandées par le Cabinet, et qui relèvent de sa compétence, ce manquement pouvant entraîner la perte d’un client pour le cabinet, ou éventuellement la mise en cause de sa responsabilité civile professionnelle.

 

Peuvent également constituer un manquement grave flagrant aux règles professionnelles :

 

- le non respect des principes de confraternité, de délicatesse et de courtoisie ;

 

- la tentative de captation de clientèle et à plus forte raison le détournement de clientèle.

 

Si des doutes subsistaient, l'Association se tient évidemment à sa disposition.

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans Divers
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 11:11

Face au succès de la Pépinière à Paris qui permet aux avocats de moins de 5 ans de Barreau de bénéficier d'une domciliation ou d'un bureau à un tarif réduit, avec toutes les commodités nécessaires, des travaux d'agrandissement ont été initiés.

 

Aussi, à compter du 1er juillet prochain, grâce aux 250 m² supplémentaires, la Pépinière pourra accueillir 53 avocats, qui s'ajouteront aux 132 déjà inscrits.

 

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la page "L'installation des Moms" ou contacter la directrice de la Pépinière, Madame Catherine de Combret Thibierge au mail suivant pepiniere@avocatparis.org.

 

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans Divers
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 10:15

Le Conseil de l'Ordre de Paris a voté, à l'unanimité, la modification du règlement intérieur pour créer un congé d'adoption de 10 semaines à compter de l'arrivée de l'enfant au foyer pour la maman. Le congé paternité est également étendu aux adoptions:

 

« - article 16-2 Adoption

La collaboratrice libérale adoptant un enfant est en droit de suspendre sa collaboration pendant dix semaines, à partir de l‘arrivée au foyer de l’enfant.

Elle en avisera le cabinet un mois avant le début de la suspension.

Elle reçoit, pendant la période de suspension de 10 semaines, sa rétrocession d’honoraires habituelle sous déduction des indemnités versées dans le cadre des régimes de prévoyance collective du barreau ou individuelle obligatoire.

 

- article 16-3 Paternité

Le collaborateur libéral est en droit de suspendre sa collaboration pendant onze jours consécutifs, durée portée à dix-huit jours consécutifs en cas de naissances ou adoptions multiples, débutant dans les quatre mois suivant la naissance ou l‘arrivée au foyer de l’enfant.

Il en avisera le cabinet avec lequel il collabore un mois avant le début de la suspension.

Il reçoit pendant la période de suspension sa rétrocession d’honoraires habituelle, sous la seule déduction et jusqu’à due concurrence des indemnités journalières perçues dans le cadre du régime d’assurance maladie des professions libérales ».

 

L'Association se réjouit de ces nouvelles dispositions et espère qu'elles seront étendues à l'ensemble de la profession.

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans Les avancées sociales
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 14:34

L'Association vous invite à sa prochaine réunion qui aura lieu le mardi 21 juin à 12h30 sur le stand dédié place Dauphine à Paris dans le cadre de la Journée des Associations organisée par le Barreau de Paris. Fete des associations Fete des associations

 

La Fête de la Musique prendra le relais à partir de 18h30 avec une représentation de La Voix de son Maître, suivie d'un concert de Vincet Delerm à 21h puis de reprises rock par nos confrères Cy and Co jusqu'à minuit.

 

Nous espérons vous voir et revoir nombreuses (et nombreux!) à cette occasion.

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans les réunions et RdV
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 10:56

Depuis le 1er juillet 2008, le Barreau de Paris, par l'intermédiaire de La Prévoyance des Avocats (LPA) a mis en place une garantie Chance Maternité pour l'ensemble de ses avocates moyennant une cotisation de 50€ par an pour chaque avocat parisien.

 

Rappelons que les objectifs de Chance Maternité sont les suivants:

 - diminuer la charge financière du Cabinet dans le cadre de la rétrocession d'honoraires faite à la collaboratrice libérale; - permettre à l'avocate indépendante ou associée de percevoir une indemnisation en cas de grossesse;

 - éviter un risque de discrimination lors des recrutements;

- mutualiser le coût au niveau de la profession de cette prise en charge. Ce contrat arrive à échéance au 31 décembre 2011.

 

En raison des résultats déficitaires annoncés par LPA (150,64% soit 50 cts de perte pour 1€ de cotisation), la cotisation de 50€ risque d'être majorée au minimum à 102€.

 

Il existe donc une grande incertitude quant au devenir du contrat Chance Maternité à compter du 1er janvier 2012 et en conséquence de l'impact financier des grossesses pour les Cabinets.

 

Au regard de l'importance de ce sujet et de ses implications, Madame Christiane Féral-Schuhl a demandé et obtenu la désignation d'une délégation de deux personnes pour trouver la solution optimale sur ce chantier.

 

Naturellement, nous suivons de très près ce dossier.

Repost 0
Published by Moms à la Barre - dans Les avancées sociales
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 16:51

Les chiffres clés de la profession ont été mis à jour par l'Observatoire sur la base des chiffres récemment communiqués par la CNBF, l'UNCA, la CREPA et le Ministère de la Justice - DACS.

 

Démographie, revenus, emplois, structures d'exercice et aide juridictionnelle figurent dans ce rapport (link).

 

Concernant les femmes, leur présence augmente chaque année.

 

Ainsi, au 1er janvier 2010, il y avait 51.758 avocats en France, dont 51,2% de femmes (contre 50,5% un an plus tôt), avec des variations substantielles d'un barreau à l'autre (de 23,5% à 68%).

 

Les femmes intègrent la profession légèrement avant les hommes  puisque l'âge moyen de l'entrée dans la vie professionnelle est de 26,36 ans pour les femmes contre 26,72 ans pour les hommes.

 

Signalons par ailleurs que la profession se structure puisque, bien que l'exercice individuel reste prépondérant, celui-ci diminue au profit des sociétés, avec une forte progression des SEL.

 

Enfin, le revenu annuel moyen de la profession s'est établi à 74.865 euros tandis que le revenu médian s'est élevé à 46.092 euros, cette différence tenant à la structure d'exercice, au secteur d'activité et à l'âge. Notons à cet égard qu'à Paris, en 2008, le revenu annuel moyen (97.679€) a été supérieur de près de 70% au revenu annuel moyen observé en province (54.472€).

Repost 0
Published by Moms à la Barre
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 17:37

Voici un nouveau bon plan de l'association Moms à la Barre pour faciliter notre quotidien...

 

Fini la course pour déposer les vêtements au pressing entre une audience et un rendez-vous client, exit le passage chez le cordonnier, envolée l’angoisse de la gestion d’un temps précieux qui empiète sur notre moral, notre vie de famille et, surtout, la facturation de nos heures... !

 

Voilà la conciergerie d’entreprise à la portée de nos petites (et moins petites) structures.

 

Le principe est simple : vous vous déchargez des tracas de votre quotidien sur le concierge.

 

Pour cela, nous avons rencontré plusieurs sociétés de conciergerie et, après une étude exhaustive et approfondie des différentes offres du marché, nous avons décidé de retenir l'offre de services de la société Lord&Co, dont le caractère personnalisé et haut-de-gamme des prestations a été un critère déterminant.

 

Un autre critère déterminant a été la motivation à travailler avec nous. Là encore, et sans renier le standing des services, la société Lord&Co est ressortie du lot en acceptant de baisser ses tarifs pour profiter au plus grand nombre de confrères (pour information, le prix retenu est moins cher de moitié environ par rapport à la concurrence)

 

Vous pourrez donc bénéficier du luxe des services d’une société de conciergerie pour le coût d’un forfait de téléphone mobile lambda !

 

Et parce que la gestion du quotidien n’est pas l’apanage exclusif des femmes, les hommes, qui ne sont donc pas des Moms, peuvent aussi bénéficier des services de la conciergerie. J’avais prévenu que les actions de l’association allaient s’étendre aux bénéfices de l’ensemble de la profession !

 

Concrètement, comment ça marche ?

 

Votre cabinet, ou vous en qualité de professionnel indépendant, s'abonne à Lord & Co. Cet abonnement mensuel, ouvre vos droits à l'ensemble des prestations de Lord&Co dont la plupart sont rendus sur votre lieu de travail.

Ainsi, plus besoin de vous déplacer pour quoi que ce soit ... Le Concierge de Lord & Co, joignable par email, SMS ou téléphone, s'assure de la collecte et de la distribution de vos vêtements ou de vos chaussures directement à votre bureau.

Vous accédez également à leur Club Avantages vous permettant de bénéficier, à l’instar des salariés d’un grand groupe via leur Comité d’Entreprise, d’offres avantageuses auprès d’enseignes nationales ou de leurs bons plans (cinéma, loisirs, voyages, etc...) car Lord & Co a déjà négocié avec ses prestataires, choisis pour la qualité de leur travail, des tarifs préférentiels inférieurs au prix du marché ! (à niveau de prestations identiques)

 

Vous cumulez donc deux avantages : d’un côté les services de la conciergerie et de l’autre les avantages d’un CE !

 

N'hésitez pas à les contacter de notre part (Link :  www.lordandco.fr ), notamment Alain qui est notre interlocuteur privilégié (06 21 25 75 84)

 

Repost 0
Published by Moms à la Barre