Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 12:00

Comme vous le savez, le contrat Chance Maternité négocié avec LPA arrivait à échéance au 31 décembre 2011. Il a donc fallu au Barreau de Paris négocier avec les assureurs pour trouver le contrat le plus adapté.

 

Désormais adossé à LIBEA du groupe MACSF, le "Barreau de Paris Prévoyance" espère apporter le soutien le plus complet à ses membres.

  

Ainsi, rappelons que deux forfaits sont prévus au titre de la maternité:

 

  1. Un forfait maternité d'un montant de 3.231,92 euros (majoré de 442,11 euros à compter du 2ème enfant en cas de naissance multiple lors d’une même grossesse)

 Afin de pouvoir bénéficier du forfait naissance, vous devez adresser à compter de la date de naissance ou d’adoption de l’enfant à Aon Hewitt :

 -         une demande écrite,

 -        l’extrait d’acte de naissance

 -        un Relevé d’Identité Bancaire (RIB) 

  

L’adoption d’un enfant de moins de 5 ans est assimilée à une naissance.

 

 

  

      2.  La Chance Maternité

  

Bénéficient de cette garantie, l’ensemble des avocates inscrites au barreau de Paris, collaboratrices, associées ou exerçant leur activité à titre individuel. Les avocates exerçant leur activité à titre salarié sont expressément exclues du groupe assuré.

Prennent la qualité d’assurées, les avocates exerçant effectivement leur activité professionnelle au moment de l’entrée dans l’assurance.

   

Dans tous les cas, le congé maternité est d'une durée de 16 semaines, porté à 24 semaines en cas de congé pathologique et est plafonné à 3.150 euros par mois.

   

Au regard de la technicité des calculs, nous vous invitons à contacter Mme Véronique MESGUICH-PORTE, Assistante Sociale de notre Ordre pour de plus amples précisions.

   

 

La déclaration du congé pathologique et/ou de maternité ou d’adoption incombe à l’avocate qui est tenue de l’adresser sous pli confidentiel à l’intention du médecin conseil, auprès de Aon Hewitt, dans les 45 jours suivants le début dudit congé. Au-delà, vous encourez un refus d’indemnisation motivé par une déclaration « hors délai ».

 

Les congés pathologiques et/ou de maternité ou d’adoption déclarés après ce délai ne feront l’objet d’aucun paiement pour la période antérieure à la déclaration.

 

Dès le début du congé pathologique ou maternité ou d’adoption, une demande de règlement accompagnée des pièces suivantes afférentes au congé doit être envoyée par l’avocate à Aon Hewitt :

  • pour les collaboratrices

- attestation comptable justifiant le montant de rétrocession d’honoraires versé par le Cabinet au cours des 12 mois civils précédant le congé maternité ou le congé pathologique ou le congé d’adoption ;

  • pour les associées:

- extrait du K-Bis (ou autre document attestant du statut d’associée)

- accompagné de la déclaration des revenus perçus au cours de l’année civile précédant le congé maternité ou le congé pathologique ou le congé d’adoption ;

  • pour les individuelles :

- déclaration des revenus perçus au cours de l’année civile précédant le congé maternité ou le congé pathologique ou le congé d’adoption ;

- une étiquette maternité délivrée par le régime social des indépendant d’Ile de France (RSIPL IDF) ;

- un relevé d’identité bancaire (compte professionnel) ;

- une copie des feuillets 4, 5, 6 et éventuellement le feuillet 7 (ce feuillet est utilisé seulement en cas de pathologie) du livret maternité délivré par le régime social des indépendants dont l’avocate relève.

 

En cas d'arrêt de travail lié à la grossesse, joindre les pièces complémentaires suivantes:

- L’avis initial d’arrêt de travail ;

- Si cet avis ne précise pas que l’arrêt est lié à la grossesse, un certificat médical le certifiant adressé sous pli confidentiel à l’intention du médecin conseil, auprès de Aon Hewitt ;

- En cas de prolongation, le ou les avis de prolongation d’arrêt de travail.

 

Pendant la durée du congé maternité:

- les copies des justificatifs de paiement des indemnités forfaitaires d’interruption d’activité versées par le régime social des indépendant d’Ile de France (RSIPL IDF) ou les copies des feuillets du carnet de maternité ;

- l’extrait d’acte de naissance ;

- les pièces justifiant l’adoption (jugement).

 

Fiche de demande de versement de prestations en cas de congé maternité ou d'adoption (20120125120209 fiche )

 

Un paiement mensuel sera versé sous forme d’avance tant que l’avocate est en congé pathologique ou maternité ou adoption (dans les limites prévues au présent article). Ce montant sera ensuite régularisé en fin d’arrêt.

 

Lorsque l’avocate a commencé à bénéficier des prestations liées à la maternité ou à l’adoption, toute reprise d’activité professionnelle, dans la même activité entraîne une cessation du paiement des prestations.

 

A la fin de l'arrêt:

et dans l’objectif d’effectuer le dernier versement régularisant la prestation due, une attestation de reprise d’activité professionnelle doit être envoyée.

 

Vous pouvez également obtenir davantage de détails en consultant le guide du Barreau de Paris Prévoyance (link) ou en vous rendant à la permanence bi-hebdomadaire de AON HEWITT tous les lundis et jeudis de 10hà 17h à la Maison du Barreau. Vous pouvez prendre rendez-vous auprès de Madame LOPPE au 06 15 73 46 92. 

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans Les avancées sociales
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 15:56

Pour que l'année 2012 soit sous le signe d'un épanouissement professionnel (outre le personnel bien évidemment) pour chacune d'entre vous, nous vous faisons part d'un excellent -quoi qu'un peu fastidieux- ouvrage pour vous aider à optimiser votre potentiel commercial:

                                          " 2 minutes pour bien se vendre, l'art de parler de soi" par Yves Maire du Poset (consultant RH, spécialisé dans la formation et le développement de business), Leducs Editions.

 

Pour travailler notre présentation individuelle en 2 minutes maximum, l'auteur expose la manière d'accrocher son interlocuteur en abordant 7 points (cela fait donc 17 secondes par étape!) dont:

- un chapeau pitch -petite phrase qui expose le passé, présent et avenir et qui donnne envie d'écouter la suite

- un peu de chronologie pour présenter notre carrière

- nos expertises (1 à 3 max)

- notre projet

 

Vous trouverez ci-après le lien pour entendre les conseils de Monsieur Maire du Poset (link)

 

Merci aux participantes, notamment à Valérie S. et à Solenne, du groupe de réflexion sur le potentiel commercial de nous avoir transmis ces informations qui, je l'espère, serviront à beaucoup d'entre nous.

 

Sur ces bons conseils, il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter une année 2012 pleine de défis et de succès!

 

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans Propositions
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 08:44

Il ressort des chiffres communiqués dans le cadre du rapport d'activité du Bâtonnat 2010-2011, au 1er novembre 2011, sur la répartition de notre profession que:

 

- en 10 ans, le nombre d'avocats parisiens a augmenté de près de 50% passant de 15 320 avocats en 2002 à 22 792 en 2011

 

- les femmes sont majoritaires à 51,6%, contre 48,4% d'hommes

 

- quelle que soit la tranche d'âge envisagée (20, 30, 40, 50, 60, 70, 80 et même 90), nous sommes toujours largement majoritaires

 

Comment alors expliquer que les femmes soient sous-représentées en qualité d'associées...?!

 

Nous ne disposons pas de la répartition hommes/femmes selon le mode d'exercice mais il peut malheureusement se déduire des chiffres suivants:

 

- La majorité de la profession parisienne est constituée d'avocats collaborateurs libéraux puisqu'ils représentent 38% (9 230). Viennent ensuite les avocats exerçant en individuel qui représentent 31% (7 019). Puis, les associés à 30% (7 185). Enfin, les collaborateurs salariés constituent une portion infime de la profession puisqu'ils ne sont que 1% (388).

 

source link

 

Espérons que l'année 2012, sous le Bâtonnat de Madame Christiane Féral-Schuhl, nous donne l'occasion de voir les femmes s'affirmer davantage dans la profession.

 

Tel est le souhait que l'Association forme pour cette nouvelle année, ainsi que de nombreux défis et succès professionnels et personnels à chacune d'entre nous.

 

D'ici-là, nous vous souhaitons de belles fêtes de fin d'année!

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans Divers
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 09:40

À la suite de la formation "Je développe mon potentiel commercial" du 10 octobre puis de celle du 21 novembre, l'Association poursuit sa réflexion le lundi 12 décembre prochain à 9h45.

 

Cette réunion sera le prolongement de la précédente puisqu'une matinée s'était avérée insuffisante pour venir à bout du programme étoffé.

 

La formation, constituée de retours d'expériences et de partage de bonnes pratiques, a déjà permis de créer des pistes de réflexion intéressantes, outre des liens privilégiés entre ses membres.

 

C'est d'ailleurs avec ce même esprit de convivialité que la matinée se clôturera par un déjeuner de Noël.

 

Si vous souhaitez participer à l'un ou l'autre , je vous remercie de me le faire savoir au plus vite.

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans les réunions et RdV
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 16:19

A la suite de la formation du jeudi 20 octobre dernier sur le thème de « Je développe mon potentiel commercial », l’association Moms à la Barre propose une session pratique ce lundi 21 novembre de 9h45 à 12h30-13h, salle Pont-Au-Change de la Maison du Barreau place Dauphine, sur la base de retours d’expériences et d’échanges de bonnes pratiques entre avocates, (lire le programmeFormation 21 11 11 Formation 21 11 1)

 

L’accès est gratuit mais non pris en charge au titre de la formation continue obligatoire.

 

Si vous êtes intéressée, je vous remercie de bien vouloir me le faire savoir au plus vite car la capacité de la salle et une optimisation des échanges obligent à limiter le nombre de participantes.

 

La matinée de travail s’achèvera par un déjeuner convivial dans l’un des restaurants de la place Dauphine. Vous pouvez donc nous rejoindre pour le déjeuner si votre emploi du temps ne vous permet pas d’être présente le matin.

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans les réunions et RdV
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 10:35

Parce que, avant d'être des avocates, nous sommes des femmes, nous avons aussi le droit d'avoir des lectures de greluches.

 

A l'occasion de l'une de ces lectures, j'ai découvert l'article suivant dans le Magazine Be du 28 octobre 2011, que je trouve intéressant, tant pour les salariées que pour les collaboratrices libérales, voire même les associées, avec des conseils pratiques avisés:

 

"Manuel de survie en milieu professionnel hostile.

 

1. Ne croyez pas en la justice

 

"Les gars viennent me demander une augmentation au moins trois fois par an, commente Jérôme, directeur d'un hebdomadaire parisien. Les filles c'est plutôt une fois tous les trois ans". N'attendez pas que vos mérites soient reconnus, demander une augmentation n'est pas de l'insubordination...

 

2. Brillez (aussi) en réunion

 

N'acceptez pas plus souvent qu'à votre tour les "rôles de femme", comme appeler les retardataires et, plus sournois, se charger du compte-rendu : on ne peut pas écrire et parler. Ne quittez jamais une réunion sans avoir exprimé votre opinion ou posé une question.

 

3. Refusez les relations paternalistes

 

Ne répondez pas aux questions de votre chef sur votre vie privée, gardez vos distances. Si un lien affectif (on n'a pas dit sentimental) se tisse avec lui, vous vous retrouverez en position délicate à l'heure de la négo.

 

4. Faites-vous respecter d'abord à la maison

 

"Pour réussir sa vie professionnelle, les deux choix les plus importants, c'est celui de son patron et de son compagnon, affirme Sophie Reynal, présidente d'HEC au féminin. Ce dernier doit être le supporter n°1, qui ne considère pas que sa carrière passe avant la vôtre". Vouloir plus de responsabilités au travail implique de ne pas accepter toutes celles du foyer.

 

5. Développez votre réseau

 

Une étude du réseau social professionnel Linkedin montre que les femmes nouent moins de contacts et de manière moins "intéressée" que les hommes. "La plupart des femmes font passer le travail avant la réseau, à l'inverse des hommes. C'est une erreur, entretenir ses contacts est indispensable pour progresser", explique Sophie Reynal. Dans l'entreprise, l'importance du réseau est primordiale pour avoir vent d'une opportunité, glaner de l'information, se faire des alliés.

 

6. Faites jouer la concurrence

 

Les plus belles augmentations se négocient... en partant. Sans aller jusque-là, toutes les occasions de faire le benchmark de sa fiche de paye auprès de la concurrence sont bonnes. "Face à une proposition de job, 80% des hommes accepteront un entretien, note Sophie Reynal, ne serait-ce que pour évaluer leur situation actuelle ou nouer un contact, alors que 50% des femmes n'iront pas, par manque de confiance en elles, sentiment de loyauté à l'entreprise ou même timidité"."

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans Divers
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 18:30

Enquête TNS SOFRES pour GDF Suez publiée dans Le Figaro du 13 octobre:

- 61% des femmes estiment les inégalités liées au sexe

- 76% des femmes cadres estiment que leur situation est plus difficile que celle des hommes

- 86% des femmes ont le sentiment que les hommes ne se rendent pas compte de leurs difficultés

- 65% des femmes ne croient pas à une possible amélioration de leur situation dans les quinze à vingt ans à venir 96% des femmes comptent sur elles-mêmes pour améliorer leur situation

- 76% des femmes perçoivent les enfants comme un frein pour la carrière

- 81% des femmes jugent le salaire comme première cause d'inégalité

-50% des femmes estiment que la discrimination positive à leur égard est une solution intéressante

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 15:17

Les avocates libérales ne sommes pas les seules à subir une inégalité de traitement face à l'arrivée d'un enfant.

 

Les futurs et jeunes pères aussi voient leurs droits à la présence minimisés.

 

La différence de traitement vient moins du statut libéral que du conditionnement de nos sociétés traditionelles.

 

Ce sujet fait d'ailleurs l'objet d'un débat important de la part de nos instances et de la société en général.

 

En effet, l'OCDE, dans un rapport consacré aux politiques familiales en Europe a a préconisé un congé paternité davantage systématique.

 

Le gouvernement s'intéresse aussi à la question puisqu'il a commandé un rapport sur l'exercice de la parentalité par les hommes dans le monde du travail.

 

Même Laurence Parisot, la patronne des patrons considère qu'il faut rendre obligatoire le congé paternité de plusieurs semaines.

 

Ainsi, la question des pères au travail est désormais politique car elle est déterminante pour faire avancer la cause des femmes.

 

A cet égard, Françoise FATOUX, délégué général de l'ORSE (Observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises) indique  que "Lorsqu'on travaille sur la notion de conciliation, on se rend compte très vite qu'il faut que les hommes concilient aussi, sinon cela risque de se retourner contre les femmes. L'égalité en entreprise passe par celle au foyer" mais que, pour cela, "On doit encore travailler sur les stéréotypes masculins. Il faut convaincre les hommes qu'ils peuvent être gagnants dans la stratégie d'égalité. Il faut aussi casser la culture du présentéisme".  

 

Elle considère donc que toute la culture managériale est à revoir.

 

Cette conclusion ressort notamment du sondage commandité par l’ORSE auprès de BVA dans lequel il apparaît que 81 % des Français considèrent que les femmes feraient plus facilement carrière si les hommes s‘investissaient davantage dans les activités domestiques et familiales.

Les Français considèrent également que les entreprises ont une responsabilité à assumer dans la recherche d’un meilleur équilibre travail et vie familiale. Ils mettent en avant la nécessité :
- de repenser l’organisation du temps de travail (61 % mettent en avant la nécessité de revoir les aménagements d’horaires)
- d’un changement des mentalités au sein de l’encadrement et de la direction (attente de 51 % des Français)

Si les Français croient à un changement possible, ils mettent en avant les discriminations auxquelles peuvent être confrontés les hommes dans leur vie familiale.
A la question : demander à travailler à temps partiel ou à rentrer chez soi un peu plus tôt afin de pouvoir consacrer plus de temps à sa famille, est :
- plutôt bien accepté, à 62 % pour une femme
- plutôt bien accepté, à 22 % pour un homme.
Cet écart important montre la nécessité de mener des actions spécifiques en direction des hommes pour éviter qu’ils ne soient discriminés quand ils veulent eux aussi rechercher un équilibre entre travail et vie familiale.

 

Il ressort donc de cette étude que le principal obstacle à un meilleur équilibre des vies professionnelles et familiales au sein d'un foyer est la perception par l'entreprise et la société en général de la place traditionnelle du père.

  

Tel est le constat dressé par Jérôme BALLARIN, président de l'OPE (Observatoire de la parentalité en entreprise): "les jeunes cadres sont encore moqués par leurs aînés. Il faut tendre vers une nouvelle norme culturelle, un nouveau contrat social".

A cette conception traditionnelle, s'ajoute l'hypocrisie du présentéisme, encore plus oppressant pour les cadres et professions libérales exerçant à Paris.

En effet, beaucoup d'employeur associent encore performance et temps de présence dans l'entreprise.

Jérôme BALLARIN ajoute « En France, il y a un culte du présentéisme : partir du bureau après 19 heures est un signe de motivation du salarié ; dans les pays scandinaves, au contraire, c'est un signe d'inefficacité. »

 

Ainsi donc, même si les entreprises, particulièrement celles de premier plan, tentent de renforcer le rôle du père, rares sont ceux qui acceptent de "jouer le jeu".

 

Peut-être serait-il nécessaire que les pères occupant des postes à responsabilité montrent l'exemple.

 

A l'instar de Jean-Claude LE GRAND, DRH et responsable monde diversité de L'Oréal link, de Philippe VIVIN, DRH du groupe AREVA link, de Frédéric LAVENIR, DRH du groupe BNP Paribas link et de Pierre LELEU, DRH de HSBC France, link, dont les témoignages font état de leur volonté de parvenir à une meilleure conciliation avec les contraintes liées à leur pratique professionnelle. Leur témoignage rejoint pour l'essentiel celui d'une femme dirigeante, Mercedes ERRA, Présidente exécutive de d'Euro RSCG Worldwide link.

 

Espérons qu'ainsi, les pères pourront enfin prendre leur congé paternité et non comme me le disait récemment une amie avocate que, son mari -avocat fiscaliste- ne prenait pas ses jours de congé paternité car cela était mal vu dans sa structure.

 

Mais également qu'ils pourront profiter d'une vie familiale plus étendue, avec la possibilté d'aller chercher les enfants le soir ou de s'en occuper certains mercredis.

 

et ainsi nous décharger un peu! ;-)

 

qualitemps.jpg

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans Divers
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 13:52

Je relaie une annonce parue dans le Bulletin du Bâtonnier de ce jour, qui me semble très important

 

Solidarité et confraternité

 En cabinet groupé, en sous-location ou quel que soit le mode d’exercice, si un confrère n’apparaît plus qu’épisodiquement, sans motif connu ou s’il vous semble qu’il rencontre un problème de santé, n’hésitez pas à en informer le service de l’Exercice professionnel ou le bâtonnier. Le confrère en difficulté est souvent freiné par la pudeur pour se confier aux autres.

La discrétion ou l’indifférence ne sont pas de mise et l’intervention d’un tiers, en la personne d’un délégué du bâtonnier, peut l’aider, épargner le désarroi de ses clients, voire éviter des sinistres.

C’est un devoir de secours.

Françoise Navarre, AMCO Responsable du service des Suppléances et de l’administration

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans Divers
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 15:04

L'Association propose le jeudi 20 octobre, de 9h30 à 17h30 à la Maison du Barreau, une formation validée au titre de la FCO, sur le thème de "Je développe mon potentiel commercial".

 

Nous avons souhaité proposer une formation sur ce sujet car le développement commercial est le nerf de la guerre pour chaque avocat.

 

En effet, que l’on soit collaborateur, indépendant ou associé, notre portefeuille client constitue finalement notre valeur.

 

Alors, comment faire pour développer son portefeuille client et son potentiel commercial de façon plus générale ?

 

Comment trouver la juste mesure entre le fait de se vendre, sans déroger à ses valeurs ? Comment parvenir à exprimer ses qualités et sa valeur ajoutée pour vendre ses services et convaincre, sans avoir l’impression d’en faire trop ?

 

Aux difficultés et réticences traditionnelles s’ajoutent celles liées à la condition de femme et aux particularités de la situation de jeune maman.

 

Nous vous proposons donc une formation spécifique pour aider les avocates à apprendre à développer une posture de conseil qui soit aussi tournée vers l’action, la prospection, le business.

 

Objectif pour ces femmes : révéler plus pleinement tout leur potentiel et donner place à leur ambition, légitime, de réalisation d’elles-mêmes tant sur le plan professionnel que personnel.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le programme ci-joint.FORMATIONmomsàlabarre 201011 FORMATIONmomsàlabarre 201011 

 

Et si vous êtes intéressée, il suffit que me contacter pour vous inscrire, attention, le nombre de participantes est limité à 10!

Partager cet article

Repost0
Published by Moms à la Barre - dans les réunions et RdV