Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 17:46

L'association Moms à la Barre vous propose des outils et bons plans pour vous aider à mieux concilier vie privée / vie professionnelle.

Connaissant les rythmes chargés des avocats et avocates, ainsi que les spécificités et contraintes de notre profession, étant elle-même mariée à un avocat, Yamina a créée une offre de services de baby planneuse spécialement dédiée pour nous les avocats.

Grâce au partenariat conclu avec l'association, la première consultation vous sera offerte par Yamina.

~~Exclusive Baby Planner Concilier vie professionnelle et grossesse : la solution !
________________________________________


Les futurs parents passent en moyenne entre 150 à 250 heures à préparer l’arrivé de leur premier enfant, à lire différents ouvrages, des articles sur le web sur des sujets divers et variés, tel que les méthodes d’accompagnement à l’accouchement, ou le choix de la clinique, à crapahuter dans les magasins à la recherche des avantages et inconvénients de telle ou telle poussette, de tel ou tel biberon.


Vous êtes une jeune avocate, vous avez un emploi du temps très chargé, vous courez d’audiences en rendez-vous, de votre bureau au Palais de Justice et dans les différents tribunaux.


Semaine après semaine, vous réalisez que l’accouchement se rapproche et vous n’avez pas vraiment l’impression de bien préparer l’arrivée de bébé et de vivre pleinement votre grossesse. 
Or, vous vous posez de nombreuses questions, telles que : - Quelle maternité choisir ? 
- Comment élaborer mon projet de naissance ? D’ailleurs, qu’est-ce qu’un projet de naissance ? 
- Quelle préparation à l’accouchement choisir et où la pratiquer ? 
- Quelle activité sportive adapter à mon état et pas trop loin de mon lieu de travail ou d’habitation ? 
- Quelles sont les techniques de portage ? 
- Est ce que je peux allaiter ? 
- Dois-je déjà choisir et mettre en place mon mode de garde ? 
- Comment organiser mon congé maternité (ou paternité !) ? 
- Comment garder la ligne ? 
- De quel matériel de puériculture aurais-je besoin et où l’acheter ? 
- Comment aménager l’espace de votre enfant ? 
- Qui choisir pour le nettoyage à domicile ? 
- Comment trouver une Aide de nuit ou une nounou 
- Préparer mes faire-part de naissance 
- Comment devenir papa ? 
- Point décoration 
- Personal shopper 
- J’ai envie d’organiser une baby shower 
- Qui peut monter mes meubles ? 

La liste est longue… 

Nous pouvons vous faire gagner du temps, de l’argent et bien des tracas dans ce marché foisonnant de la puériculture et de la périnatalité car les produits et les offres de services pour bébé non jamais été aussi compétitifs et confus. 

Notre rôle est de favoriser une appréhension sereine de la parentalité, à travers un accompagnement global et une aide à l'organisation de naissance. 

L’agence Exclusive Baby Planner vous accompagne tout au long de la grossesse et après l’accouchement sous forme d’un coaching global, de consultations ponctuelles ou d’ateliers mensuels sur des thèmes précis. 

Nous intervenons dans différents domaines afin de satisfaire tous vos besoins et de vous faire bénéficier de notre savoir-faire, de notre service de conciergerie, ainsi que de notre réseau de professionnels qualifiés. 

Notre objectif est de vous permettre de vivre en toute tranquillité et pleinement ce moment magique qu'est l'arrivée d'un enfant. 

Lors de la première consultation, à votre cabinet ou à votre domicile, nous établirons ensemble un diagnostic très complet pour déterminer vos besoins, vos priorités et les domaines dans lesquels vous souhaitez être assistée. 

Surtout n’hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire. Yamina ELBAZ IABPP (International Academy of Baby Planner Professionals) 
Mobile : +33 6 58 08 33 53 
Mail : yamina@exclusive-baby-planner.com 
Site internet : www.exclusive-baby-planner.com

Le magazine Le Point a récemment consacré un article sur cette nouvelle offre de services http://www.lepoint.fr/societe/baby-planner-des-coachs-pour-bebe-pour-femmes-debordees-09-10-2015-1972059_23.php

Published by Moms à la Barre - dans Bons plans
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 15:03

L'association Moms à la Barre a été créée avec l'objectif d'aider les avocates futures et jeunes mamans à concilier vie professionnelle et personnelle, notamment en luttant contre les discriminations liées à la parentalité.

Elue au Conseil de l'Ordre pour la mandature 2014-2016, Valérie Duez-Ruff a obtenu courant 2014 que la Commission Harcèlement et Discrimination -qui avait disparu- soit de nouveau active, puis, par un vote à l'unanimité du Conseil de l'Ordre, que son existence soit institutionnalisée et donc pérenne.

Elle a également obtenu l'insertion dans le RIBP d'un article P1.6 intitulé "Interdiction de faits de harcèlement ou de discrimination" et rédigé comme suit : « Le fait pour un avocat de harceler autrui ou d’avoir à son égard, une attitude discriminatoire, au sens de la loi, constitue une infraction aux principes essentiels. ».

Désormais donc, toute personne qui estime subir des faits de harcèlement et/ou de discrimination peut saisir la commission à l'adresse suivante comhadis@avocatparis.org ou auprès de Valérie Duez-Ruff.

Pour cela, un simple courriel reprenant de façon succincte les faits laissant présumer une situation d'harcèlement et/ou de discrimination suffit.

Afin de libérer la parole, la première phase de la procédure est strictement confidentielle et non contradictoire. Elle peut parfois simplement consister en une orientation. Si la commission estime que les faits allégués semblent sérieux, et avec l'accord du plaignant, l'autre partie sera alors entendue.

Published by Moms à la Barre
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 11:11

Lors de sa séance du 7 juillet 2015, le Conseil de l'Ordre de Paris a voté les conditions de renouvellement du contrat de prévoyance du barreau de Paris, qui arrive à échéance au 31 décembre 2015.

Rappelons que la Prévoyance du barreau de Paris couvre les évènements suivants :

- le congé maternité (16 semaines, le congé pathologique de 8 semaines et le congé d’adoption de 56 jours) ;

- le congé paternité (28 jours) ;

- l’arrêt maladie partiel thérapeutique ;

- l’ITT ;

- l’IPP ;

- l’IPT ;

- le décès.

Le nombre d’avocats percevant des prestations a fortement augmenté depuis 2013, pour atteindre 1416 en 2013, au lieu de 1.000 en moyenne les années précédentes.

Il a en effet été constaté :

• Une forte croissance du nombre des avocats inscrits au barreau,

• Une augmentation sensible du nombre d’arrêts de travail,

• Une forte féminisation de la profession : 70% des nouveaux inscrits sont des avocates et elles représentent sur 56% du nombre total d’inscrits au barreau,

• Une augmentation du nombre des grossesses

Ainsi, le coût des prestations de 2012 à 2014, aboutit à un déficit moyen de 21% et même de 31 % en 2014. Ce déficit, pris en charge par l’assureur, est équivalent à 5.617.536 €.

En 2014, la commission des finances a consulté douze organismes assureurs. Cinq seulement ont accepté d’intervenir. MACSF a été finalement retenue en raison du faible écart tarifaire proposé.

La commission ad hoc a présenté trois options au Conseil, lequel a retenu à la majorité la plus favorable aux bénéficiaires:

ISO Garanties 2015 Forfait naissance : 3.232 € Chance maternité = 38 € par jour, ajoutés au RSI.

Published by Moms à la Barre
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 19:17

Une nouvelle fiche de demande de prestation est en vigueur.

Désormais intitulé Contrat parentalité depuis la prise en compte du congé de paternité, et non plus seulement Contrat Chance Maternité. Et qui sera à adresser à AON.

Pour plus d'informations sur les démarches, vous pouvez consulter la page Démarches et formalités

Published by Moms à la Barre
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 22:09

Par décret du 3 février 2015, le RSI va désormais calculer les indemnités maternité en fonction des revenus servant de base pour le calcul des cotisations.

Si le revenu de l'avocate est inférieure à 10% du plafond annuel de la Sécurité Sociale, l'avocate ne recevra plus que 10% des indemnités maladie.

Ce changement de calcul impactera particulièrement les avocates exerçant à titre individuel, avec de faibles revenus.

Lire le décret ici

Published by Moms à la Barre
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 18:57

Le 1er décembre 2014, de 8h30 à 18h30 aura lieu le prochain Forum de la Mixité.

Avec cette année une particularité : un Forum des Avocates!

Évidemment, Moms à la Barre se devait d'être présente et soutenir une telle initiative.

La présidente Valérie Duez-Ruff sera à votre disposition pour échanger avec vous à cette occasion.

L'entrée au Forum de la Mixité est gratuite mais l'accès au Forum des avocats est lui payant. Si vous voulez participer, Moms à la Barre vous offre 30 places (demandes sur le contact du Blog).

Dans l'attente du plaisir de vous y voir!

En lien avec le présent article, les plaquettes des Forum de la Mixité et des Avocates

Plus d'informations sur le Forum des Avocates

Le Forum des Avocates

Consacrée à la carrière des avocates et juristes, cette conférence abordera, à travers des états des lieux et conseils pratiques, les trois grands sujets de la profession : la difficulté à devenir associée, la nécessité de travailler son réseau et l’importance d’augmenter sa visibilité.

Published by Moms à la Barre
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 18:07

Par sentence arbitrale rendue par le Conseil de l'Ordre de Paris rendue le 21 octobre 2004 confirmée par un arrêt de la Cour d'appel de Paris du 5 décembre 2006, un cabinet a été condamné à verser les rétrocessions qu'il s'était abstenu de verser à sa collaboratrice à l'annonce par cette dernière de sa grossesse.

Nous remercions notre consœur Aurélie d'avoir pris le soin de nous transmettre cet arrêt qui peut être très utile à certaines d'entre nous.

Published by Moms à la Barre
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 16:26

A été publiée au JORF du 31 mai 2014, la décision du 7 mai 2014 prise par le CNB modifiant l'article 14 de notre RIN sur le statut de l'avocat collaborateur.

Parmi les clauses relatives au statut de l'avocat collaborateur, quelques nouveautés sont à signaler dans la parentalité.

Nous vous reproduisons ci-après l'extrait relatif à la parentalité. L'ensemble du texte est consultable sur le site Légifrance

~~« 14.5. Parentalité de l'avocat collaborateur libéral. « 14.5.1. Périodes de suspension de l'exécution du contrat de collaboration libérale. « Maternité. « La collaboratrice libérale enceinte est en droit de suspendre l'exécution de sa collaboration pendant au moins seize semaines à l'occasion de l'accouchement, réparties selon son choix avant et après accouchement, avec un minimum de deux semaines avant la date prévue de l'accouchement et un minimum de dix semaines après l'accouchement, et sans confusion possible avec le congé pathologique. « En cas de naissances multiples, le congé maternité peut être porté à vingt semaines.

« Paternité. « Le collaborateur libéral est en droit de suspendre l'exécution de sa collaboration pendant onze jours consécutifs, durée portée à dix-huit jours consécutifs en cas de naissances multiples. Cette période de suspension débute dans les quatre mois suivant la naissance de l'enfant. « Il en avise celui avec lequel il collabore un mois avant le début de la suspension.

« Adoption. « Le collaborateur libéral ou la collaboratrice libérale qui adopte un enfant est en droit de suspendre l'exécution de sa collaboration jusqu'à dix semaines, à l'occasion de l'arrivée de l'enfant. En cas d'adoption multiple, le congé d'adoption peut être porté à seize semaines. Cette période de suspension débute dans les quatre mois suivant l'arrivée au foyer de l'enfant. « Le collaborateur libéral ou la collaboratrice libérale qui adopte un ou plusieurs enfants en avise celui avec lequel il collabore un mois avant le début de la suspension.

« 14.5.2. Indemnisation, rémunération et droit à congés rémunérés. « Maternité. « La collaboratrice libérale reçoit pendant la période de suspension de sa collaboration l'occasion de l'accouchement sa rétrocession d'honoraires habituelle, sous la seule déduction des indemnités perçues dans le cadre du régime d'assurance maladie des professions libérales ou dans le cadre des régimes de prévoyance collective du barreau ou individuelle obligatoire. « La période de suspension ouvre droit à repos rémunérés.

« Paternité. « Le collaborateur libéral reçoit pendant la période de suspension de sa collaboration à l'occasion de la paternité sa rétrocession d'honoraires habituelle, sous la seule déduction des indemnités journalières perçues dans le cadre du régime d'assurance maladie des professions libérales ou dans le cadre des régimes de prévoyance collective du barreau ou individuelle obligatoire. « La période de suspension ouvre droit à repos rémunérés.

« Adoption. « Le collaborateur libéral ou la collaboratrice libérale adoptant reçoit pendant la période de suspension de sa collaboration sa rétrocession d'honoraires habituelle, sous la seule déduction des indemnités journalières perçues dans le cadre du régime d'assurance maladie des professions libérales ou dans le cadre des régimes de prévoyance collective du barreau ou individuelle obligatoire. « La période de suspension ouvre droit à repos rémunérés.

« 14.5.3. Rupture du contrat de collaboration libérale en cas de parentalité.

« Maternité. « A compter de la déclaration par la collaboratrice libérale de son état de grossesse, qui peut être faite par tout moyen, et jusqu'à l'expiration de la période de suspension de l'exécution du contrat à l'occasion de la maternité, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu par le cabinet, sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à l'état de grossesse ou à la maternité. « Sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à l'état de grossesse ou à la maternité, la rupture du contrat de collaboration est nulle de plein droit lorsque le cabinet est informé de la grossesse de la collaboratrice dans un délai de quinze jours à compter de la notification de la rupture. La collaboratrice informe le cabinet en transmettant, par lettre recommandée avec avis de réception ou remise en main propre et contresignée, un certificat médical justifiant de son état de grossesse. « Au retour de la collaboratrice de son congé maternité, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu pendant un délai de huit semaines, sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à la maternité. Dans ce cas, la rupture est notifiée par lettre dûment motivée.

« Paternité. « A compter de l'annonce par le collaborateur libéral de son intention de suspendre son contrat de collaboration après la naissance de l'enfant, qui peut être faite par tout moyen, et jusqu'à l'expiration de cette période de suspension, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu par le cabinet, sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à la paternité. « Sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à la paternité, la rupture du contrat de collaboration est nulle de plein droit lorsque le cabinet est informé de la paternité dans un délai de quinze jours à compter de la notification de la rupture. Le collaborateur informe le cabinet en transmettant, par lettre recommandée avec avis de réception ou remise en mains propres et contresignée, une attestation justifiant de la paternité. « Au retour du collaborateur de son congé paternité, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu pendant un délai de huit semaines, sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à la paternité. Dans ce cas, la rupture est notifiée par lettre dûment motivée.

« Adoption. « A compter de l'annonce par la collaboratrice ou le collaborateur libéral de son intention de suspendre sa collaboration à l'occasion de l'arrivée de l'enfant, qui peut être faite par tout moyen, et jusqu'à l'expiration de cette période de suspension, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu par le cabinet, sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à l'adoption. « Sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à l'adoption, la rupture du contrat de collaboration est nulle de plein droit lorsque le cabinet est informé de l'adoption dans un délai de quinze jours à compter de la notification de la rupture. La collaboratrice ou le collaborateur informe le cabinet en transmettant, par lettre recommandée avec avis de réception ou remise en main propre et contresignée, une attestation de l'organisme compétent justifiant de l'arrivée de l'enfant. « Au retour de la collaboratrice ou du collaborateur de son congé d'adoption, le contrat de collaboration libérale ne peut être rompu pendant un délai de huit semaines, sauf manquement grave aux règles professionnelles non lié à l'adoption. Dans ce cas, la rupture est notifiée par lettre dûment motivée.

Published by Moms à la Barre
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 18:19

Une fois n'est pas coutume, nous recevons un témoignage démontrant que certains cabinets se comportent encore bien envers leur collaboratrice enceinte.

J'entends déjà certaines voix parisiennes soulever l'argument du cabinet de province. Mais, même à Paris, j'ai entendu et vu, des cabinets family friendly!

"J'ai découvert votre site pendant ma grossesse et je dois dire qu'il a clarifié certains des points qui m'interrogeaient et m’a beaucoup aidé.

Par contre je souhaite vous apporter mon témoignage pour montrer qu'une grossesse et un congé maternité peuvent bien se passer dans certains cabinets !

J'exerce dans un barreau de province comprenant environ 300 avocats. Je suis collaboratrice libérale au sein du même cabinet depuis ma prestation de serment en décembre 2010 et tout s'est toujours très bien passé avec les deux associés. J'avais un peu d'appréhension avant de leur annoncer ma grossesse, mais ils l'ont très bien pris et m’ont félicitée. J'ai pu faire tous mes examens médicaux sans aucune difficulté, mais je faisais tout de même en sorte de placer le maximum de RDV entre 12 et 14h ou après 18h. Ma grossesse s’est déroulée sans encombre et j’ai assuré des audiences jusqu’au bout.

Les associés ont néanmoins fait en sorte de réduire mes audiences et mes déplacements dans les derniers mois sans même que je le demande. Je me suis arrêtée 3 semaines avant le terme prévu et ma fille est arrivée avec un peu d’avance, à peine 10 jours après mon arrêt.

L’ensemble des membres du cabinet m’a félicité et offert des cadeaux, les associés compris.

Pendant mon congé je suis venue régulièrement au cabinet pour leur montrer mon enfant et faire quelques démarches administratives (reverser au cabinet mes indemnités RSI, ma compta, payer mes charges…) Je n’ai eu aucune réflexion sur mon absence ou sa durée. J’avais fait en sorte de partir en ayant bouclé le maximum de dossiers et j’avais fait le point avec chaque associé. J’ai continué à trier mes mails et je leur répercutais ceux concernant les dossiers du cabinet. Pour mes propres dossiers, un des collaborateurs a pris mes audiences et je les ai traité à distance avec l’aide de la secrétaire qui me gérait mon courrier.

A mon retour tout s’est bien passé et ils ne m’avaient pas préparé une montagne de dossiers sur mon bureau ! J’ai repris le rythme sans problème mais j’ai modifié mes horaires. Je viens un peu plus tôt pour partir à 18h15 chercher ma fille à la crèche. J’assure néanmoins les audiences qui peuvent durer en m’arrangeant avec le papa (j’ai la chance de ne pas être dans un cabinet pénaliste, donc le planning est connu relativement à l’avance). Pour l’instant je n’ai eu aucune réflexion particulière. Je n’ai pas l’impression que ma relation avec les associés ou les autres membres du cabinet ait changée et j’en suis ravie. Pour preuve que cela s’est bien passé : ma rétrocession a été augmentée pendant mon congé sans que je le sollicite. C’est vraiment très agréable de pouvoir mener de front et dans de bonnes conditions mon activité professionnelle et ma vie de famille. J’espère que le jour où mon mari et moi déciderons de faire le deuxième cela se passera aussi bien.

J’espère que ce témoignage pourra rassurer nos consœurs, il est possible dans certains cabinets de trouver un réel équilibre satisfaisant pour tout le monde."

Published by Moms à la Barre
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 20:26

Décidément, la période est malheureusement très fertile en témoignages plus édifiants les uns que les autres de discriminations.

 

 

 

Nous vous livrons en l'état.

 

 

 

 

je tenais à vous remercier d'avoir créé ce site internet qui est riche de renseignements sur les modalités à suivre pendant la grossesse et riche également de témoignages poignants sur les conditions de traitement des femmes enceintes ou post-accouchement dans les cabinets d'avocats.

 

Pour ma part, après 6 ans d'ancienneté, j'ai bien peur de sentir le vent tourner et je m'interroge sur mon avenir.

 

Je souhaiterai surtout apporter mon témoignage sur l'attitude récente de plusieurs associés et collaborateurs de mon cabinet depuis mon retour de congé maternité :

 

  • de la part d'un collaborateur, voici les réflexions entendues à plusieurs reprises (tellement "cliché" qu'elles sont d'autant plus aberrantes) que celui-ci tente de faire passer sur le ton de l'humour lorsque je pars chercher mon fils à 18h ou que j'ai pris 2 jours de congés car j'étais trop fatiguée …: "tu prends ton après-midi", "ah ba tiens, elle est encore là [il est 15h]" " ça t'a pas suffit 4 mois de congé mat que tu reprends des congés",

 

  • de la part d'une associée (femme sans enfant, sans mari, ayant consacré sa carrière à sa profession) : "X, elle doit maigrir" (lors d'une conf call avec un confrère qui me connait et me demandait de mes nouvelles) "Arrêtez de bouffer, X. mais arrêtez de bouffer !",

 

Et lorsque le confrère en ligne propose à l'associée, sur le ton de la plaisanterie, de me donner plusieurs semaines de congés pour que je puisse maigrir, l'associée répond "mais bien sur ! comme si j'allais lui donner 2 mois de congés, tu sais très bien ce que j'en pense".

 

J'ai alors mis le doigt sur ce qu'elle disait à demi-mot, sachant pertinemment qu'elle faisait référence au congé maternité que j'avais pris. Et là, j'ai entendu des propos comme "on accorde aujourd'hui un congé maternité qui vous font perdre le sens des réalités", "je suis d'accord que les femmes aient des enfants mais à condition qu'elles travaillent le soir, le samedi et le dimanche", "de mon temps ce n'était pas comme cela" , "je connais une consœur qui a perdu les eaux à 8 mois 1/2 en audience", "notre confrère Y, enceinte de jumeaux, a travaillé jusqu'au bout", etc.

 

J'ai tenté de lui faire comprendre que ce n'était pas en raisonnant ainsi qu'on ferait évoluer les mentalités, peine perdue devant autant d'agressivité.

 

 

Le lendemain, j'ai été convoquée par mon associé référence et le boss du cabinet pour faire un point sur "ma motivation"…

 

Ils n'ont pourtant rien à reprocher à ma facturation, de ce qu'ils m'ont dit. Je n'ai toutefois pas été assez courageuse pour leur parler du comportement de l'associée.

 

Mais j'ai expliqué mes conditions de travail :

  • on m'a mise dans un bureau à 2 dès mon retour alors que j'avais tjs eu un bureau seule et que je suis la plus ancienne : pour exemple, un jeune ayant prêté serment à son bureau seul…): on m'a dit que ce n'était pas une "rétrogradation" mais que c'était logique car le cabinet s'agrandissait, - mon co-bureau ne veut pas qu'on ferme la porte pour travailler alors que le secrétariat est juste derrière (manque de concentration),

 

  • mon bureau est face à celui de mon confrère de sorte qu'on a une vision directe sur le visage de l'autre quand on lève les yeux de la feuille (pas de possibilité de bouger les bureaux autrement),

 

  • des propos vexatoires sur mon retour de congé maternité,

 

  • l'absence de cohésion et d'esprit d'équipe dans le cabinet (aucune ambiance entre collaborateur, on a tous la tête dans le guidon et personne ne prend le temps de se parler), etc.

 

Nous devons refaire le point bientôt.

 

Je prévois le plan B …

 

Published by Moms à la Barre